[Chronique] Treize Raisons, Jay Asher

13 reasons why

Jay Asher • Éditions Albin Michel201 pages

synopsis

« Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer… »

chronique

Très récemment, ma curiosité a été piquée par un certain événement qui est, la sortie de la nouvelle série de Netflix, 13 Reasons Why. Il s’agit d’une adaptation d’un roman du même titre écrit et déjà publié depuis quelque années, par Jay Asher. Ayant vus pas mal de monde, avec des avis soit très mitigés soit très positifs sur ce livre, j’étais plutôt hésitante à me lancer. Du coup, j’ai décidé de commencer le premier épisode de la série. Je me suis surprise à plutôt apprécier l’intrigue et les personnages principaux, Hannah et Clay. Aussitôt ma fenêtre Netflix fermée, je me suis empressée de commencer le bouquin en ignorant les critiques qui lui avaient été faite.

J’ai effectué cette lecture avec une certaine interactivité, me servant du site 13reasons.fr, qui nous permet d’explorer le portable d’Hannah (messages, Instagram, etc.). J’ai adoré le fait d’avoir du contenu à disposition qui soit, extérieur au roman que j’avais dans les mains. Certes ce site a été créé pour la série, mais ça a été un support très intuitif et très agréable à utiliser. Chapeau !

Pour en revenir à l’histoire, l’auteur dépeint essentiellement, les sentiments engendrés par des actions. C’est le fil conducteur de son roman. Il nous rappelle que l’adolescence est cruelle, parfois incomprise et souvent superficielle. La superficialité dans cette œuvre tient à un seul mot : réputation. Toutes les futilités de l’adolescence dans cette histoire tiennent au seul fait que chacun a une réputation à défendre. Malheureusement c’est aussi une réalité. Dans le cas de Courtney, il s’agira de la fille populaire que tout le monde sans exception, se doit d’apprécier. Clay, quant à lui, est le garçon sympathique en tout point, qui n’a jamais fait le moindre faux pas, personne n’a jamais rien eu de méchant ou de scandaleux à lui reprocher. Ce qui fait la force de ce personnage, c’est qu’il ne le fait pas exprès, il ne tente pas le tout pour le tout pour conserver cette réputation qui le précède. C’est ça qui le rend aussi sympathique aux yeux du lecteur. Quant à Hannah, la persécutée, qui tentera en vain pendant longtemps de se sauver des griffes des préjugés des gens de son lycée, elle en viendra à commettre l’irréparable. Ils ont entendus des rumeurs, des histoires et ne se donnent pas la peine de lui laisser la chance de se dévoiler. C’est ça qui l’a détruit de l’intérieur. À travers ses cassettes, elle cherche à ce qu’on se souvienne de son histoire. Je pense qu’elle désirait que les gens qui lui ont fait du mal, souffrent à leur tour, que la vérité soit rétablie, mais tout de même dans un cercle restreint, d’où les cassettes et la carte, plutôt qu’un fichier mp3. Elle n’a pas fait d’adieux, elle livre ses regrets.

Avec un regard extérieur, j’arrive maintenant à comprendre les critiques que ce roman a pu recevoir. Les thèmes abordés par l’auteur que sont le harcèlement scolaire et la suicide, sont à prendre avec des pincettes car, malheureusement, de trop nombreuses personnes ont déjà été en contact de près ou de loin avec une situation similaire à celle d’Hannah. Comme Clay, certains se sont certainement sentis dépasser, blessé, coupable de n’avoir rien pu faire ou de avoir rien vus venir. Partagent ce sentiment  de vouloir retourner en arrière, changer les choses et empêcher ce qui s’est passé. C’est important de rappeler à chacun, qui se ce genre de chose vous arrive, ou touche de près ou de loin quelqu’un que vous connaissez, il faut en parler.

Pour ma part, je l’ai énormément apprécié car j’ai de la chance de ne pas avoir vécus tout ceci personnellement, mais je connais bel et bien des personnes qui ont vécus toutes ces choses tragiques qui leur ont fait pensés au pire à un moment où à un autre. Ce livre m’a aidé à mieux les comprendre. Je suis très heureuse d’être sortie de ma zone de confort pour découvrir ce roman extrêmement poignant. Je vous le conseille sincèrement. Ce sont des thèmes qui sont toujours d’actualités, il est important de ne pas passer à côté.

8

Publicités

2 commentaires sur “[Chronique] Treize Raisons, Jay Asher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s